World of Warcraft: 10 ans déjà!

World of Warcraft

World of Warcraft vient de fêter ses dix ans, et l’air de rien, je viens d’y passer une décennie entière entouré d’amis, de paysages merveilleux et de quêtes épiques. J’y ai vécu des moments inoubliables, avec à la clé l’émotion de remporter des batailles à nulles autres pareilles. Parce que WoW est (et a toujours été) plus qu’un jeu, c’est une vie parallèle remplie d’aventures entre amis.

Difficile de résumer 10 ans d’aventures, tant ils regorgent d’anecdotes. J’y ai vécu des histoires inoubliables, reflétant les évolutions de World of Warcraft au fil des ans, jalonnées de combats acharnés contre des ennemis épiques.

Qu’en reste-t-il 10 ans après? Lorsque je ferme les yeux pour me remémorer les meilleurs moments, bizarrement, ce ne sont pas d’abord les grandes victoires qui me viennent à l’esprit: ce sont ces petits moments, vécus pour la première fois, qui me resteront gravés dans le cœur pour toujours.

La magie de la première fois

A quoi je pense en particulier? A des choses simples, comme la première incursion dans la forêt d’Elwynn qui rappelle fortement le film Sleepy Hollow. Ou de l’arrivée aux montagnes de Redridge, pour apercevoir, après la première colline, un village idyllique baptisé Comté du Lac, dont les contours se précisent à mesure que vous vous en approchez; ou de la traversée de l’océan, cap sur un nouveau continent (Kalimdor ou les Royaumes de l’Est); de la confrontation contre de nouveaux ennemis ou de la sirène du navire qui quitte le port.

L’achat de ma première monture a été, également, tout un évènement. Aux premiers temps de World of Warcraft, il fallait avoir atteint le niveau 40, ainsi que, si mes souvenirs sont bons, 600 pièces d’or, ce qui supposait beaucoup d’économies et de missions à accomplir.

WoW-montures

En bonne compagnie

Même aux débuts du jeu, il était clair que World of Warcraft n’était pas seulement une suite de missions et de cartes à explorer, mais aussi de véritables Histoires, c’est-à-dire des aventures réellement épiques. Une des premières dont je me rappelle est celle des “Mines de la Mort” et, si je me souviens bien de la première fois que je les ai traversées, je revois le moment précis où apparaît le bateau pirate à l’intérieur de la mine. Bien entendu, à l’époque, il n’y avait pas d’outil pour chercher un groupe: il fallait donc écumer les villes à la recherche de compagnons pour accomplir cette aventure.

Et c’est là, il y a 10 ans, que j’ai découvert qu’il y avait un monde au-delà du mode solo: on pouvait aussi jouer avec les autres et coordonner nos actions pour réussir à relever les défis du jeu. Ce n’était pas exactement une nouveauté, il y avait d’autres jeux en ligne qui reposaient sur ce concept, mais aucun n’était parvenu à le proposer dans une formule aussi simple et intuitive.

WoW-joueurs

L’aventure devient plus grande

Deux ans plus tard, j’étais témoin de ce qui allait devenir un véritable rituel: la première extension qui voyait mûrir le concept de World of Warcraft. Alors que le jeu original permettait de faire connaissance avec les continents, les mécaniques de jeu et quelques personnages importants, la première extension m’a fait découvrir l’histoire.

Bien sûr, il y avait les améliorations techniques, mais je découvrais surtout les grands personnages de la saga. Illidan dans la seconde extension ou Arthas de la troisième étaient les boss de fin de chaque extension: vaincre l’un d’eux représentait un véritable défi.

Et quels défis… Découpés en phases, peu sont les joueurs qui ont pu être témoins de ces affrontements épiques. Un de ceux qui m’a le plus marqués était celui des trois phases d’Arthas, une quête épique comme on en fait peu, qui se terminait par une scène animée par le même moteur de jeu, un moteur difficile à oublier.

WoW-Arthas

Chute et renaissance

C’est après la sortie de la troisième grande actualisation, Cataclysm, que j’ai remarqué que je ne m’amusais plus autant avec WOW. En 2011, un an après cette extension, j’ai senti le besoin de me tourner vers d’autres jeux. C’est alors que sont apparus des titres comme Le Seigneur des Anneaux Online, Star Wars: The Old Republic ou WildStar, qui chacun à sa manière ont renouvelé la formule du jeu de rôle en ligne, mais sans parvenir à délivrer la même sensation que World of Warcraft.

C’est sans doute là tout le mérite de Blizzard, qui est parvenu à démocratiser le genre autrefois inaccessible qu’était le jeu de rôle en ligne. Aujourd’hui, il est devenu très facile de participer à des aventures, petites ou grandes, d’explorer des donjons finaux et de profiter d’un donjon aussi vaste et ardu que celui de la dernière scène de l’Aile Noire – le boss de fin de Cataclysm -, qui propose une bataille épique.

Les changements ont aussi concerné le mode PVP, ou joueur contre joueur. Il ne s’agissait plus de duels, mais de champs de bataille de différentes tailles, que ce soit en arène ou dans autre mode, tout aussi intéressant: l’entraînement des animaux de compagnie, un mini jeux qui a renouvelé l’intérêt de ces créatures qui jusqu’alors prévalaient surtout pour leur côté esthétique.

WoW-Cataclysm

Les derniers évènements

Mists of Pandaria, l’avant-dernière extension à ce jour, a supposé à mes yeux un tournant de plus dans la série. En plus de décors améliorés et d’un système de classes plus accessible aux novices mais en même temps difficile à maîtriser, Mists of Pandaria a introduit quelque chose de plus: la narration de l’histoire. Jusqu’alors, l’histoire de World of Warcraft était fragmentée; cette extension a proposé un scénario beaucoup plus linéaire. En tant que joueur, je l’ai trouvée beaucoup plus facile à suivre, et surtout, je me suis senti ému à nouveau par certains moments du jeu.

WoW-Mists-Of-Pandaria

Et voici maintenant Warlords of Draenor. Je dois avouer que j’y ai peu joué jusqu’à maintenant, mais le peu que j’en ai vu m’a permis de retrouver des émotions intactes, de revoir de vieux amis et découvrir, une fois de plus, des aventures dans Azeroth. Vous pourrez m’y retrouver, accompagné de mes amis, en train d’essayer de relever les défis que nous propose World of Warcraft. Avec un regard d’enfant, comme au premier jour.

Quels sont vos meilleurs souvenirs de World of Warcraft?

Article original de Jesus Bosque – Softonic.com. Traduit et adapté de l’espagnol.

Commentaires en cours de chargement