Koyote Soft: une success story à la française

[EDIT 13/04/2011: Renan Broquin nous signale qu’il a cédé l’activité koyotesoft.com, entreprise dont il n’est plus le responsable. Inutile, donc, de le contacter pour des questions en rapport avec koyotesoft.]

logoLes éditeurs de logiciels à succès ne sont pas seulement américains, russes ou asiatiques. Etablie à Bordeaux depuis 2006, Koyote Soft fait partie de ces entreprises du software derrière lesquelles se cachent une belle histoire.

Koyote Soft, c’est d’abord un logiciel gratuit devenu hit mondial: Free MP3 WMA Converter, un convertisseur audio téléchargé plus de 60 millions de fois depuis son lancement en 2004. La sortie de la version 2 est d’ailleurs imminente!

Au début, je n’y croyais pas du tout. J’ai fait ça a titre privé en compilant des travaux sur l’audio plus anciens. J’ai proposé sur un site de téléchargement à tout hasard et… ça a pris” se souvient Renan Broquin, 30 ans, le discret fondateur de Koyote Soft, baptisée ainsi en hommage au célèbre personnage de cartoon. La fonction principale résumée dans le nom du logiciel, c’était assez nouveau à une époque où beaucoup de programmes portaient des noms ésotériques sans rapport évident avec leur objet.
big_freeconverter
Free CD Ripper, Easy Mp3 Ogg Wma Cutter ou encore Free iPod Video Converter: tous les logiciels de Koyote suivent la même recette, qu’il s’agisse de programmes audio, vidéo ou utilitaires. La majorité sont gratuits, ne comportant qu’une toolbar optionnelle et certains incluant la possibilité de passer à une version payante, offrant forcément davantage de fonctionnalités.

Interface sans fioritures inutiles, simplicité d’utilisation et efficacité: tous possèdent néanmoins la même marque de fabrique. Généralement, il s’agit d’une seule et unique fenêtre organisée de façon logique et supportant le glisser-déposer des fichiers à traiter. “Pour que les logiciels soient aussi simples et intuitifs que possible, je les donne à tester à ma femme avant de les mettre en ligne“, sourit Renan Broquin.

Visiblement, la méthode fonctionne. Le succès de ses logiciels est rapide, si bien qu’en 2006, Renan, qui programme sur tout ce qui a un clavier depuis ses 12 ans, doit démissionner de son poste d’ingénieur en recherche et développement chez Agfa pour gérer un business devenu trop gros pour rester cantonné à la sphère “loisir de geek”. Une dizaine de logiciels plus tard, le fondateur et unique employé de Koyote Soft en vit “très bien“, mais songe à embaucher des gens créatifs pour développer encore son activité: “en ce moment, j’ai plein d’idées et 20 logiciels commencés mais pas terminés… par manque de temps. Je fais tout de A à Z.“.

Etre Français, sur le marché international du software, atout ou handicap? “Mon anglais n’est pas excellent, ce qui a été un peu handicapant à un moment donné dans les échanges, mais finalement je me suis rendu compte que les programmeurs parlent tous le même langage“, avoue cet adepte de Visual Studio. “En France, on n’est pas mauvais en conception de logiciels., poursuit-il. “J’apprécie particulièrement ce que font les gens de chez VSO Software, basés à Toulouse.

tube_downloader_androidEt puis il y a le marché des applications mobiles. Il y a quelques semaines, Tube Downloader, signé Koyote Soft Mobile, fait une entrée remarquée sur l’Android Market puisque ce programme de téléchargement de vidéos compte déjà plus de 100 000 utilisateurs.

Ce joli coup d’essai ne devrait toutefois pas être suivi d’autres applications dans l’immédiat. “Android est encore jeune, prometteur et son “Market” est sain et plus ouvert que celui d’Apple, mais je ne sais pas si un éditeur peut déjà réellement tirer un revenu de ses applications sur cette plateforme“, estime Renan Broquin qui regrette aussi un SDK “un peu léger“.

Le marché de l’iPhone et son App Store? “Apple fait des produits fantastiques mais cela reste un monde fermé, avec une politique de soumission des applis restrictive. Et puis pour développer des apps dans de bonnes conditions, il faut avoir un Mac…” Il prévoit tout de même de produire de petits jeux en 2D pour cette plateforme dans un avenir proche, mais rien de plus précis pour l’instant.

En attendant, Koyote Soft préfère se focaliser sur les logiciels PC qui ont fait son succès. Dans les tuyaux, un programme pour capturer les vidéos en streaming à partir de la carte réseau de la machine, ce qui présente l’avantage de détecter automatiquement le flux à enregistrer.

J’essaie d’être à l’écoute de besoins des utilisateurs et réactif dans la correction des bugs. Je ne prétends pas faire les meilleurs logiciels du monde, je ne passe pas trois ans sur chaque programme, mais je ne sors rien tant que je n’en suis pas satisfait. J’essaie juste de faire des softs simples à utiliser et qui fonctionnent bien“, conclut Renan Broquin. “Tant que ce que je fais plaira aux utilisateurs, je continuerai.” Pourvu que ça dure!

Commentaires en cours de chargement